Chez VU PHOTO ce printemps

0
31 mars 2017 à 8 h 23 min  •  Publié dans Expositions, Idées de sorties, Nouvelles photo par  •  0 Commentaires

© Chris Boyne, Three Stacks, image d’archives trouvée (tirage numérique)

Le centre VU PHOTO de Québec présente, 31 mars au 30 mai, l’exposition de Gisèle Amantea : Faux sites dans l’espace américain et celle de Christopher Boyne : one stack, three stacks dans l’espace européen. Le centre présentera également du 5 mai au 4 juin les expositions Into The Blue de Shuwei Liu dans l’espace américain et Trace et aura, une exposition collective réfléchie par Gentiane La France dans l’espace européen.

Gisele Amantea – Faux sites
Des lieux publics apparaissent tels les théâtres de situations improbables où se confrontent différentes réalités – alors que les Pussy Riot s’introduisent dans un souk à Alep, un migrant syrien dort à l’intérieur du grand hall d’un musée montréalais. Bien que les scènes soient en apparence incongrues, les photomontages de Gisele Amantea font écho à la façon dont diverses références à l’actualité mondiale se croisent et se superposent constamment à travers le spectre des médias. Ces lieux de fausses rencontres deviennent alors l’occasion d’évacuer tout questionnement sur la véracité de l’information pour mettre à l’épreuve notre propre rapport au monde. Forçant le rapprochement de différentes situations critiques et politiques, les faux sites soulignent l’inhabileté de l’art à agir dans le monde et nous reflètent notre propre inertie devant le sort de l’humanité.

L’œuvre de Gisele Amantea est connue pour son accent sur l’interdisciplinarité et pour son utilisation novatrice de divers matériaux, formats et processus pour explorer des enjeux liés aux genres, aux classes sociales, à la nostalgie, à l’histoire, à la mémoire et à la relation entre espaces privé et public. Les médiums auxquels elle a eu recours pour réaliser ses œuvres comprennent la sculpture, le dessin, le papier peint et le textile, de même que la vidéo et le livre.

En 2010, une exposition majeure de ses œuvres intitulée Beaux rêves, dures vérités s’est tenue au Musée d’art de Joliette, au Québec. Dans ses œuvres plus récentes, l’artiste se penche sur des notions d’ornementation et de décor en lien avec l’étayage politique de l’espace architectural. Elles comprennent trois installations in situ à grande échelle pour l’exposition Oh, Canada organisée par le MASS MoCA, à North Adams, au Massachusetts (2012-2015) et At the end of the visible spectrum, à la Galerie des arts visuels, Université Laval, au Québec (2014).

Originaire de Calgary, en Alberta, Gisele Amantea vit à Montréal où elle a enseigné dans le programme Studio Arts de l’Université Concordia de 1995 à 2012.

Christopher Boyne – one stack, three stacks
Deux photographies anciennes : ici, un navire à une cheminée suit une mince ligne de terre à l’horizon; là, un plus grand navire à trois cheminées navigue dans une mer à perte de vue. À défaut de connaître l’histoire derrière ces deux photos trouvées, Christopher Boyne les fait devenir le point de départ de nouveaux récits. Cherchant à reproduire les effets de la similitude observée entre les deux images, l’artiste crée des fictions qui leur sont équivalentes. Pour chaque navire sont alors attribués une narration qui le situe dans un espace-temps imaginé, ainsi qu’un pavillon qui l’identifie à une compagnie maritime fictive. Une nouvelle identité est ainsi allouée à des navires inconnus, leur permettant de dépasser la fixité de l’image et de se rencontrer dans la fiction.

Né à Halifax en 1984, Christopher Boyne détient un baccalauréat en arts visuels de la Ryerson University de Toronto et une maîtrise en pratique des arts de l’Université Concordia. Il vit et travaille à Montréal et à Halifax. Son travail a été présenté au Canada et aux États-Unis. Ses plus récentes expositions incluent stepside au Harbourfront Center de Toronto et Geneva à Access Gallery de Vancouver. Boyne figure aussi parmi le premier groupe d’artistes retenus pour le programme de résidence Twenty-three Days at Sea: A Travelling Artist Residency (Vingt-trois jours en mer : une résidence d’artiste itinérante). Il a également participé à une résidence aux Îles-de-la-Madeleine, intitulée Le Chant des pistes et organisée par le centre d’artistes Admare.

 

Mots-clés: ,

Laisser un commentaire