36e Symposium international d’art contemporain de Baie-Saint-Paul

0

@ Michael Love

Jusqu’au 26 août prochain, le public est convié à la 36e édition du Symposium international d’art contemporain de Baie-Saint-Paul, qui se tient sous le thème « L’Art et le Politique ». L’événement a lieu à l’École Thomas-Tremblay, nouveau pavillon du Musée d’art contemporain de Baie-Saint-Paul.

La thématique fait suite au Sommet du G7, tenu à La Malbaie, en juin dernier. La directrice artistique, Sylvie Lacerte, instigatrice du concept et de cette « cuvée » artistique souligne : « Cette conjoncture n’est pas banale. La radicalisation des jeunes adultes et le terrorisme frappent de plus en plus près de nous. Ce n’est plus un phénomène lointain qui ne nous touche pas. Les artistes détiennent cette capacité à imaginer des voies de sorties à ce chaos bien réel, afin de nous faire émerger du marasme. »

Pendant un mois, treize artistes en résidence à Baie-Saint-Paul issus de différentes générations et de disciplines, en provenance du Québec, de l’Ontario et de Colombie-Britannique, ainsi que des Pays-Bas, sont invités à créer une œuvre inspirée de ce thème, en présence du public. Ari Bayuaji, Jean Brillant, Laurent Gagnon, Eddy Firmin et Frédéric Laforge, Maryse Goudreau, Marie‑Christiane Mathieu, Shelley Miller, Marie-Hélène Parant, Leila Zelli, Lianne Ho, Michael Love et Gali Blay seront les artistes en atelier, et plusieurs font appel à la photographie. Également, l’artiste Gabrielle Lajoie-Bergeron, de La Malbaie, en formule « atelier ouvert », sera présente les deux dernières semaines. Les ateliers des artistes seront ouverts en tout temps de 12h à 17h. Les mercredis, vendredis et dimanches, un artiste différent à chaque fois fera une visite guidée de son atelier.

Pour compléter cette effervescence, des conférences, des présentations d’artiste, des kiosques ludiques et des projections vous seront offerts.

En formule d’entrée unique de 5 $, le public a accès à toutes les activités parallèles en plus de la visite des ateliers et du site du Symposium pour toute la période de l’événement. Le Musée d’art contemporain propose quant à lui, avec la formule d’entrée au musée, de visiter l’exposition La révolution Borduas : Espaces et liberté, en offrant un accès illimité au Symposium.

Le photographe Michael Love s’écarte de l’usage traditionnel de la photographie pure, utilisant plutôt le collage numérique pour créer ses œuvres. Cet usage du collage lui permet d’explorer les idées et le langage architecturaux par la juxtaposition de divers styles et formes, créant de nouvelles possibilités de dialogue autour d’un environnement bâti. S’intéressant aux récits historiques dans sa pratique, Love s’est penché sur la documentation et l’analyse de divers sites liés à la guerre froide. L’artiste pose un regard sur les vestiges de ce conflit comme indicateurs du potentiel et de l’échec humains. Né à Chilliwack, C.-B. il vit et travaille à Vancouver. © Michael Love

Laisser un commentaire