Chris Boyne | À la recherche de… l’Antenne d’Eltanin

© Chris Boyne, Zakas 2002, McC Records

La galerie Occurrence de Montréal présente Chris Boyne  | À la recherche de… l’Antenne d’Eltanin jusqu’au 15 juin prochain.

« En 1964, des chercheurs à bord du navire de recherche océanographique USNS Eltanin ont photographié un objet mystérieux sur le fond marin à 3 904 mètres de profondeur. L’objet intrigua les chercheurs. Il semblait être de fabrication humaine et constitué d’une structure verticale en forme d’antenne à géométrie angulaire précise. L’objet est devenu connu sous le nom d’Antenne d’Eltanin.

La découverte de l’Antenne d’Eltanin attira l’attention des adeptes de contre-culture et d’OVNI et fut étiquetée en tant qu’artéfact hors contexte. Sept ans plus tard, l’objet fut identifié comme étant une éponge carnivore d’eau profonde rarement vue appelée Cladorhiza concrescens, identifiée pour la première fois en 1888. En 1964, l’existence de l’éponge était déjà connue depuis 76 ans. On ignore pourquoi les chercheurs à bord du USNS Eltanin n’étaient pas au courant de cette découverte. Les adeptes de contre-culture et de paranormal continuent jusqu’à ce jour à croire à l’idée de l’Antenne d’Eltanin et créent des équations mathématiques complexes pour corroborer leurs théories.

Pour le projet In Search of… the Eltanin Antenna, j’ai en vain tenté de trouver l’Antenne d’Eltanin dans la baie St. Margarets en Nouvelle-Écosse à l’aide d’un appareil photo sous-marin obsolète. Manœuvrant à distance l’appareil, j’ai photographié à l’aveuglette à une profondeur maximale de 54,5 mètres dans les eaux les plus profondes de la baie, à un peu plus de 1% de la profondeur à laquelle l’Antenne d’Eltanin fut photographiée. Bien que mes tentatives m’apparaissaient presque sans espoir, j’ai décidé de photographier à l’aide d’une pellicule extrêmement sensible, sans lumière artificielle. J’espérais que cette approche à l’aveugle m’aiderait à trouver l’antenne. L’image résultante ne semble pas montrer précisément l’Antenne d’Eltanin ni un spécimen de Cladorhiza concrescens, bien que pour les adeptes de paranormal, il pourrait y avoir quelque chose dans les ombres et formes granuleuses…

J’ai également commencé à chercher ailleurs l’Antenne d’Eltanin. Je croyais l’avoir reconnu en voyant une prêle des champs (Equisetum arvense), une plante herbacée vivace sauvage indigène des Maritimes. J’ai cherché l’antenne dans mes négatifs d’images en eau profonde les plus sombres, celles captées à une profondeur telle qu’aucune lumière n’atteignait la pellicule. J’ai cru voir un contour à peine visible sur deux négatifs. Je l’ai mis en évidence à l’aide de piqûres d’épingle. J’ai également vu l’antenne dans la documentation de pétroglyphes issus de la culture Fremont trouvés à Sego Canyon en Utah. J’ai réalisé une petite sculpture de l’antenne dans l’espoir d’en apprendre davantage en travaillant sur sa forme avec des matériaux tangibles. Enfin, je me suis rendu sur une des sources d’information marginale les plus obscures, un site HTML maison, plein de fioritures clignotantes, et mis à jour pour la dernière fois en 2002, afin de m’approprier une image générée par ordinateur. Je pense que l’image fut conçue dans le but de représenter l’Antenne d’Eltanin comme une force toute puissante dans l’univers; une chose à craindre ou à adorer.

Le projet se concentre sur les notions de fiction, de fabrication et de création de contenu photographique. Je souhaite refléter le caractère invraisemblable des conspirations marginales dans l’impossibilité de mes tentatives de documentation de l’antenne, que ce soit dans les eaux pas si profondes d’une baie sans lien avec le fond marin initial ou dans des plantes sauvages. Au travers cet ensemble d’images bizarres, j’espère trouver dans l’histoire de l’Antenne d’Eltanin des vérités plus authentiques et fondées. »

— Chris Boyne

 

Mots-clés: