Claire et Le royaume des fluides

Le bonheur de Claire, photo imprimée à travers un papier japonais Tengucho, estampe et collage, 1944

Le Musée national de la photographie présente deux expositions jusqu’au 14 juillet prochain. Les deux photographes utilisant des techniques bien différentes, le Musée organise ici un dialogue intéressant où le paysage rencontre le portrait.

Claire
Née à Montréal, artiste autodidacte, Sylvie Pinsonneault utilise l’appareil photo comme d’autres prennent la parole. Sa signature visuelle énonce, suggère et émeut. Ses oeuvres ont été présentées au Québec, en Europe, en Asie, en Australie et à New York.

« Dans une société qui conserve ses souvenirs sur un disque dur et n’imprime plus les photographies de famille, j’ai choisi d‘aller à contre-courant. Peu d’images sont identifiées, de rares prénoms à l’arrière, parfois une année au bas de la bordure blanche, aucun lieu. Un regret surgit, ne pas avoir parcouru les albums avec ma mère afin d’identifier les personnes qui figurent sur les photographies et les liens qui les unissaient. »

Le Royaume des fluides
Avec sa série Le royaume des fluides, François DesRosiers explore le thème de l’eau à l’aide de l’infrarouge. François est arrivé en photographie par nécessité, par besoin de créer des œuvres qui lui ressemblent. L’eau est toujours présente dans ses images, tant au niveau du mouvement que de l’arrêt du temps. La nature, pour l’éveil de tous les sens, c’est aussi l’odeur du milieu, le son de l’eau sur les roches et les feuilles, le goût salé de la mer, le sable qui coule entre les doigts et la vue d’un cadeau qui nous est fait.

@ François DesRosiers