D’abord, ne pas photographier

27 février 2019 à 10 h 49 min  •  Publié dans Expositions, Nouvelles photo par

© Denis Rioux, Sans titre (Planches), 2015, 56×79 cm, édition limitée de 8.

La Castiglione, à Montréal, présente tout le mois de mars l’exposition solo de Denis Rioux intitulée D’abord, ne pas photographier. D’abord, ne pas photographier est une invitation à l’expérience de voir, du visible des choses et du saisissement de ce qui se présente à soi. Il s’agit de photographies récentes et de projets en cours, comportant notamment le lancement d’une publication.

Les œuvres photographiques de l’exposition s’inscrivent dans une démarche d’exploration au seuil des images et sur la nature de l’expérience photographique. C’est une démarche réflexive sur l’acte de voir et sur les choses telles qu’elles nous apparaissent dans l’expérience du visible, à ce qui se présente là dans l’instant où tout s’arrête dans la présence du c’est ça et du juste ça. Il s’agit de séries photographiques à partir desquelles l’artiste s’interroge sur la premièreté des images, ainsi que sur une manière d’appréhender le monde, par la photographie, sur sa matérialité faite de détails répartis en surface et de lumière constituée de particules ou de clarté tonale.

La publication, quant à elle, prend la forme d’un cahier de notes dans lequel sont inscrites des informations techniques de prise de vue colligées au jour le jour (pendant 190 jours) sans qu’aucune photographie ne soit réalisée. Ce projet met en valeur ce qui relève d’une pensée technologique, procédurale et objective, habituellement garante d’un résultat ou d’une saisie, mais qui n’advient dans ce projet qu’en tant que mesures et repères techniques. Il souligne la condition technique de l’existence des images, exempte de signification et aussi aveugle peut-être que l’œil lui-même. Le projet évoque toutes ces images vues, mais jamais prises. Il met en évidence le silence (sémantique) qui prévaut dans toute image et comme objet premier au fondement de l’expérience photographique.

Mots-clés: