Deux expositions photo à la Biosphère

29 août 2019 à 8 h 30 min  •  Publié dans Expositions, Idées de sorties, Nouvelles photo par

 

Deux expositions présentées à la Biosphère de Montréal font le pari du médium photographique pour mieux témoigner de l’importance de nos océans et de nos cours d’eau. Disponibles toute l’année jusqu’au 31 mai 2020, ces expositions sont explorent non seulement l’importance du lien qui unit l’homme à l’océan, la diversité de la faune marine et celle des écosystèmes, mais aussi l’importance de leur protection. Les photographies présentées témoignent du dialogue entre société et milieux naturels. Elles s’affranchissent des frontières entre art et documentaire avec comme résultat d’émouvoir tout en faisant réfléchir.

Océans : Ad mare usque ad mare, ad mare
Il y a 200 000 kilomètres de rivages au Canada, et la mer enrobe des milliers d’îles sur notre territoire. Passant du micro au macro et posant un regard sur les mers de la côte ouest comme sur celles du nord et de l’est, l’exposition réalisée en collaboration avec Pêches et Océans Canada et la Garde côtière canadienne montre la grande variété des milieux marins canadiens, largement méconnus.

Si elles évoquent plusieurs grands enjeux environnementaux, les photos permettent aussi de s’intéresser aux aspects sociaux et culturels de notre rapport aux océans. L’exposition pose un regard neuf sur ces derniers en tant que territoires d’exploitation ou de transport de marchandises, mais aussi en tant que cour arrière pour de nombreuses communautés côtières.

Eaux frontières : deux nations unies
Pays voisins et grands partenaires économiques, les États-Unis et le Canada sont aussi amenés à collaborer pour préserver un environnement qui ne connait pas de frontières – à commencer par les lacs, les rivières et les zones humides.

Les photographies rassemblées par le musée dévoilent l’importance d’une gestion concertée des bassins hydrographiques que se partagent les deux pays. Elles sont disposées selon leur position géographique le long de la frontière. Chaque image sensibilise les visiteurs aux menaces qui pèsent de plus en plus à leur endroit, notamment les espèces exotiques envahissantes, l’apport excessif en nutriments ou le changement climatique.

Vue satellitaire du lac Érié entre Détroit et Cleveland, sur laquelle des volutes vertes montrent une éclosion massive d’algues bleu-vert, dûes à limpact de l’activité humaine. / Crédit : Landsat-5 satellite image créée pour la NASA par Jesse Allen et Robert Simmon, à partir des données de United States Geological Survey.