Expolaroid 2018

0

© Jean Beaudoin

Différentes expositions et événements sont présentés à travers le monde au mois d’avril dans le cadre de la 6e édition du Mois du Polaroid et du film instantané. Initié à Nantes par un groupe de passionnés, cet évènement regroupe plus de 100 évènements, dans plus de 40 villes du monde, réunissant plus de 300 photographes internationaux. Au Québec, deux expositions sont présentées à Montréal et une à Sherbrooke.

Expolaroid Sherbrooke 2018
Du 9 avril au 30 avril, le photographe Jean Beaudoin, présente TRANS_POLA au Café Général, à Sherbrooke. Cet artiste fait appel au transfert sur ardoise, une technique qui demande doigté, délicatesse et persévérance. Outre l’influence de la température, de la texture, de la lumière, de la chimie et des manipulations, l’artiste trouve sa technique en chérissant ses erreurs et ses imperfections.

« Dès le moment où je prends une photo Polaroid, je perds le contrôle sur le résultat. J’utilise le film Polaroid comme une formidable matière vivante […] J’essaie d’intervenir le moins possible pour conserver le côté organique qui émerge du moment présent. » — Jean Beaudoin

Expolaroid Montréal
Le Studio Argentique présente Expolaroid Montréal, une exposition de photographie instantanée regroupant 9 artistes du 17 au 30 avril.

Regards croisés sur l’intime
Du 1er au 30 avril  à La Cenne, deux photographes françaises basées à Montréal croisent leurs univers singuliers au sein desquels résonne la question de l’intime. Sarah Seené et Alix Galdin expérimentent, inventent leur monde, aux confins de l’intime. Sarah présentera sa série d’autoportraits  »Souvenirs de brume » invitant à la lecture d’une histoire personnelle, habitée par les paysages de la Gaspésie. Alix montrera quant à elle la série  »Quitter son corps » évoquant les questions de l’identité multiple et du détachement de soi.

  »Enfant, plongeant mon regard dans une vieille malle en bois familiale je pris conscience du pouvoir de la photographie, de l’image. J’aimais à voyager à travers les décennies en me perdant dans la vie noire et blanche de personnages familiers mais étrangement différents. Je voulais, moi aussi, détenir le pouvoir de faire voyager les gens… alors aujourd’hui j’expérimente, j’essaie, je fabrique. Je manipule l’appareil photographique depuis quinze ans maintenant. Le polaroid SX70 à soufflet en simili cuir marron, comme précieux compagnon. Un bel objet qu’on croirait sorti d’une vieille malle en bois, lui aussi. Par transfert d’émulsion ou par collage, grâce au film polaroid, je créé des univers symboliques et surréalistes qui évoquent ma propre vision du monde. Peuplé de troubles, d’émois, de choses que l’on ne peut dire ou écrire. » — Alix Galdin

 

© Jean Beaudoin

Laisser un commentaire