Fixer l’éphémère : La vie quotidienne au Monastère des Ursulines

1
24 mai 2018 à 8 h 43 min  •  Publié dans Expositions, Idées de sorties par  •  1 Commentaire

© Genevieve Thibault

Depuis l’été 2017, la photographe Geneviève Thibault partage la vie quotidienne des Ursulines de Québec dans le cadre d’un projet artistique alliant photographies et ambiances sonores. L’exposition qui résulte de cette résidence s’intitule « Fixer l’éphémère : La vie quotidienne au Monastère des Ursulines » et sera présentée du 25 mai au 30 septembre 2019.

Les Ursulines quittent leur monastère habité depuis 1642. En participant à ce projet photographique portant sur la vie quotidienne, elles contribuent à l’écriture d’un chapitre de leur histoire. La mise en espace de l’exposition témoigne d’une dualité : l’intention de l’artiste de suspendre le temps présent et sa compréhension de la tradition qui, elle, est en constant mouvement.

Combinant une approche à la fois artistique et ethnologique, le travail photographique de Geneviève Thibault est traversé par les notions d’altérité et de proximité. Les séries photographiques qu’elle réalise abordent le quotidien, les manières d’habiter et d’occuper le territoire ainsi que les faits de culture. Boursière au Conseil des arts et des lettres du Québec, elle a présenté ses travaux au Québec dans le cadre d’expositions individuelles et à l’international lors d’expositions collectives.

L’ouverture de l’exposition est intégrée à la programmation de DIALOGUES AVEC LES URSULINES, une fin de semaine d’activités organisée par le Pôle culturel du Monastère des Ursulines.

© Genevieve Thibault

Mots-clés:

Un Commentaire

  1. claude vachon / 24 mai 2018 at 13 h 24 min / Répondre

    Oui ! Fixer l’éphémère grâce entre autres à la photographie pour mieux l’intégrer dans notre histoire et lui assurer une sorte de pérennité.

Laisser un commentaire