Frida Kahlo, Diego Rivera et le modernisme mexicain

21 février 2020 à 8 h 34 min  •  Publié dans Expositions, Idées de sorties, Nouvelles photo par

Nickolas Muray
Frida Kahlo sur un banc
1939
Épreuve Carbro
45,5 x 36 cm
La collection Jacques and Natasha Gelman d’art mexicain du 20e siècle et la Vergel Foundation

Parmi les couples mythiques de l’histoire de l’art, Frida Kahlo et Diego Rivera trônent au sommet et continuent de marquer l’imaginaire avec leur destin hors du commun, et ce, plus de 50 ans après leur décès. Ces deux artistes mexicains sont reconnus mondialement tant pour leur histoire passionnée que pour leur contribution exceptionnelle à l’art moderne.

L’exposition présentée au Musée national des beaux-arts du Québec (MNBAQ) jusqu’au 18 mai prochain regroupe non seulement des œuvres du duo de créateurs et des toiles d’autres artistes modernes mexicains, mais aussi de nombreuses photographies contribuant à situer ces derniers dans l’époque où ils ont vécu. Ce sont 85 photographies réalisées par plusieurs photographes de l’époque, dont une superbe sélection d′œuvres de Manuel et Lola Álvarez Bravo, un couple qui figure parmi les photographes latino-américains les plus importants du 20e siècle.

Conjuguant l’art, l’amour et la révolution, cette exposition issue de la collection Jacques et Natasha Gelman propose un fascinant dialogue entre deux monstres sacrés de l’art moderne et met en valeur l’extraordinaire dynamisme de la vie artistique et culturelle du Mexique dans la première moitié du 20e siècle.

Martin Munkácsi
Frida et Diego
1934
Épreuve argentique
35,6 x 27,9 cm
La collection Jacques and Natasha Gelman d’art mexicain du 20e siècle et la Vergel Foundation

Kahlo et Rivera, incroyables destins
Blessée grièvement dans sa jeunesse lors d’un accident d’autobus, Frida Kahlo (1907-1954) apprend à peindre au cours de sa convalescence. Féministe, militante et foncièrement anticonformiste, cette artiste, qui a laissé moins de 150 toiles à son décès – est aussi férue de culture populaire et autochtone. Kahlo prendra le plus souvent sa propre vie comme sujet de ses tableaux, réalisant notamment des autoportraits d’une grande intensité émotionnelle, qui témoignent de ses souffrances physiques et psychologiques.

Diego Rivera (1886-1957) a vécu en Europe de 1907 à 1921, où il a développé un style inspiré des avant-gardes. De retour au Mexique en 1921, après la Révolution, l’artiste a souhaité créer une peinture qui parle aux masses populaires, devenant ainsi une des figures majeures du muralisme mexicain. Recevant de multiples commandes officielles, il crée un art à la fois original et universel, mêlant des influences modernistes à l’héritage culturel mexicain.

Frida Kahlo épouse Diego Rivera en 1929. S’ensuit une relation tumultueuse et passionnée qui durera un quart de siècle.

Jacques et Natasha Gelman
Né à Saint-Pétersbourg en Russie, Jacques Gelman (1909-1986) s’installe au Mexique à l’aube de la Seconde Guerre mondiale. Il deviendra l’un des principaux producteurs de films de son époque, découvrant notamment le brillant acteur comique Mario Moreno, surnommé « Cantinflas ». Originaire de Moravie – aujourd’hui en République tchèque -, Natasha Zahalka (1912-1998) rencontre Jacques Gelman à Mexico. Le couple se marie en 1941 et commence à rassembler une importante collection d’art moderne.

La collection Gelman rend compte d’une période extraordinairement féconde de l’art mexicain, alors que le milieu artistique est en pleine effervescence. Elle réunit de nombreux artistes, offrant ainsi un panorama exceptionnel des différentes facettes de l’art de cette époque. Aux œuvres célèbres de Frida Kahlo et de Diego Rivera s’ajoutent des pièces majeures de plusieurs de leurs contemporains, tels María Izquierdo, David Alfaro Siqueiros ou Rufino Tamayo. Tous ces artistes sont des figures bien connues au Mexique, et plusieurs ont acquis au fil du temps une grande renommée sur la scène internationale.


Petite note sur le procédé du carbro utilisé pour deux des photos montrées ici, dont l’image ci-dessous : une variante de l’impression au charbon, ce  procédé d’impression sur papier au bromure d’argent, utilise des pigments dans un liant de gélatine, qui s’apparentent aux pigments des peintures à l’huile. On compte trois couches de gélatine distinctes, dans lesquelles se trouvent des pigments de couleur jaune, cyan et magenta.

Nickolas Muray
Frida au «rebozo» rouge
1939
Épreuve Carbro
25 x 20,3 cm
La collection Jacques and Natasha Gelman d’art mexicain du 20e siècle et la Vergel Foundation