Histoires de filles

0
3 décembre 2018 à 21 h 28 min  •  Publié dans Expositions, Idées de sorties, Nouvelles photo par  •  0 Commentaires

© Catherine Rondeau

Le Musée des beaux-arts de Mont-Saint-Hilaire présente une exposition de la photographe Catherine Rondeau jusqu’au 10 mars 2019. Catherine Rondeau vit et travaille à Montréal. Depuis son retour à la pratique photographique en 2011, ses recherches sur le rôle vital de la fonction imaginaire l’amènent à développer, au moyen de la manipulation numérique des images, un langage visuel à la fois intimiste et onirique. Privilégiant la lumière naturelle et la spontanéité lors de la prise de vue, elle prend ensuite plaisir à jouer avec les lieux et les éléments à l’ordinateur afin de mettre en scène des tableaux où les frontières du vrai et du faux se brouillent. La narrativité inhérente de ses œuvres découle de ce fin enlacement de la fiction au réel. Chaque image entraine le spectateur dans une réalité parallèle qui évoque, à la manière d’un rêve, une émotion ou un mécanisme psychique.

Inscrite dans le sillage des études sur le conte, sa série De l’autre côté du miroir (2011-2014) investit un univers singulier : l’imaginaire enfantin. On y voit des enfants qui, tels des héros de récits fabuleux, affrontent leurs peurs et assouvissent leurs désirs les plus intimes. Ce corpus se fonde sur un essai que l’artiste a publié sur le phénomène du merveilleux (Aux sources du merveilleux, une exploration de l’univers des contes, Presses de l’Université du Québec, 2011).

En continuité logique avec son travail sur l’enfance, Catherine a ensuite tourné son attention sur la période de l’adolescence. Et plus particulièrement la puberté féminine. Sur fond de paysages hivernaux, les images de sa série Traversée boréale (2015-2016) racontent, de manière allégorique, les contradictions qui fermentent, à l’abri des regards, dans l’esprit des jeunes filles.

Le fait de travailler avec ses propres enfants comme modèles dans des décors inhabituels contribue à créer une étonnante double impression de complicité et d’étrangeté qui caractérise le style photographique très distinctif de Catherine. En écho aux pressions mentales normales qui jalonnent l’enfance et l’adolescence, Catherine instille des tensions visuelles dans ses territoires imaginaires, ainsi qu’une pointe de mystère, de manière à titiller le spectateur et l’inciter à réexaminer l’image, à se questionner, éveillant de ce fait de multiples niveaux de lecture.

Pour cette exposition inédite, l’artiste vous invite dans un voyage de l’enfance à l’émergence de la féminité. Tout commence dans la tête de deux fillettes qui jouent avec leurs peurs et leurs désirs. Puis le monde bascule à l’adolescence où vulnérabilités et forces se confrontent. Empreintes de poésie et de candeur expressive, les images invitent à plonger dans l’inquiétante étrangeté qui caractérise ce long cheminement de la femme en devenir.

Laisser un commentaire