La sécheresse nous a rendus égaux

0

Milgo Barre a marché quatre heures et traversé les montagnes pour arriver au village de Shisha. Elle a perdu tout son troupeau. Son mari, malade, est hospitalisé. Seule pour prendre soin de leurs 5 enfants, elle est venue au village pour recevoir de l’aide. Elle va bâtir sa tente, puis repartir de l’autre côté de la montagne pour amener ses enfants à leur nouvelle maison. © Adrienne Surprenant

Du 12 mars au 1er avril, la Maison du développement durable présente l’exposition La sécheresse nous a rendus égaux de la photographe Adrienne Surprenant, en partenariat avec l’organisme Humanité et Inclusion Canada. Cette série a remporté le prix 2017 du concours Nature humaine présenté par le festival Zoom Photo pour lequel un représentant de Photo Solution faisait partie du jury.

Selon les Nations Unies, les sécheresses en Somalie, au Soudan du Sud, au Yémen et au Nigéria causent la pire crise humanitaire depuis la Seconde Guerre mondiale. En Somalie, 6,2 millions de personnes ont besoin d’aide humanitaire d’urgence. Adrienne Surprenant a parcouru le Somaliland, l’une des régions de Somalie les plus touchées par les sécheresses. Depuis deux ans, les pluies saisonnières du Gu et du Deyr sont faibles au Somaliland. Sur l’ensemble du pays, 80 % du bétail, principale source de revenus du gouvernement non reconnu, est mort. Plus de 59 000 bergers nomades et leur famille ont été forcés à l’exode vers les villes ou les villages.

Sans cesse en conflit avec la Somalie centrale voisine, ce petit territoire autoproclamé indépendant est aujourd’hui menacé par une autre forme de violence : l’impact des changements climatiques sur un mode de vie traditionnel, dans un État sans moyens pour soutenir sa population vulnérable.

« Les changements climatiques augmentent d’ores et déjà les risques de catastrophes naturelles. Nous observons des phénomènes climatiques souvent rares, parfois inédits, en tout cas inattendus, et comme à l’accoutumée, les populations les plus vulnérables sont aussi celles qui sont les plus affectées par ces désastres. Même une organisation comme Humanité et Inclusion a dû s’intéresser aux changements climatiques pour continuer à améliorer les conditions de vie des populations les plus vulnérables, notamment celles des personnes handicapées », explique Julien Fouilland d’Humanité et Inclusion.

ADRIENNE SURPRENANT
Adrienne Surprenant a étudié la photographie commerciale au Collège Dawson avant d’adopter une démarche documentaire. Elle travaille sur l’idée de nation et sur la construction de l’identité dans son rapport avec le territoire. Son premier travail de photographie documentaire, En attendant le Canal au Nicaragua, a été exposé à Visa pour l’image en 2015. Elle fait partie du 30 Under 30 Women Photographers 2017 de Photo Boite.

VERNISSAGE
Le vernissage de l’exposition aura lieu le mardi 13 mars à 12 h 15. À cette occasion, la Maison du développement durable et Humanité et Inclusion Canada présentent la conférence Une adaptation plus inclusive aux changements climatiques, qui aborde les impacts particulièrement lourds des changements climatiques sur les populations à risque, notamment les enfants et les adultes handicapés. La conférence est présentée par Julien Fouilland, référent technique en réduction inclusive des risques de catastrophes et adaptation au changement climatique, et Annie Lafrenière, référente technique en insertion sociale.

Laisser un commentaire