La SPPQ présente son 25e gala de la photo

092-cou-puissance-Sebastien-Raymond-Chicoutimi

© Sébastien Raymond, Chicoutimi

par Luc Vachon, collaboration spéciale

La photographie c’est la pratique d’un art, d’un loisir pour certains, d’un métier pour d’autres. C’est un monde de techniques et de technologies, mais c’est aussi le sujet d’une activité sociale très populaire. En effet, il existe au Québec plusieurs dizaines de regroupements de photographes amateurs qui se rencontrent sur une base régulière pour la pratiquer et échanger à son sujet. C’est dans cette mouvance que des photographes ont mis sur pied la Société de promotion de la photographie du Québec (SPPQ) en la mandatant de tenir un concours annuel de photographie auquel participeraient les clubs photo de la province. Pendant près de 20 ans, ce sont messieurs Pierre Mongeon, Marc Pépin et Gaston Chouinard qui ont soutenu les activités de la SPPQ et qui organisaient, en plus du concours, les matinées-rencontres photographiques.

Le 8 avril 2014, la SPPQ tiendra son 25e gala annuel au Théâtre L’Étoile Banque National du Quartier Dix30, à Brossard. Lors de cette célébration de la photo, elle remettra les prix décernés aux meilleures œuvres soumises à l’un de ses quatre concours. Le succès des concours ne se dément pas. Cette année encore, la SPPQ enregistre un record de participation de la part des clubs photo.

Le Défi Interclubs Mongeon-Pépin met en compétition 36 clubs. Le concours proclame des lauréats pour les meilleures photos dans chacune des quatre catégories : animalière, humaine, nature et autre. Les images de l’Interclubs sont projetées au cours de la soirée pour le grand bonheur des convives. La soirée culmine avec le classement des clubs photo selon le pointage obtenu pour les 20 images sélectionnées, soumises par chacun d’eux. L’an dernier, la palme a été remportée par le club photo de Boisbriand.

Le Circuit photo est un second concours qui se distingue par la facture plus classique de la photo imprimée présentée dans un passe-partout, mais surtout par la formule démocratique du jugement. En effet, pour ce concours, les photos imprimées voyagent dans plus de 30 clubs pour être notées par les membres eux-mêmes. Le concours proclame des lauréats dans les catégories couleur ainsi que noir et blanc.

Pour leur part, les concours Son et Image ainsi que Livre photo invitent les photographes les plus audacieux à soumettre des œuvres photographiques exigeant un effort de réalisation important qui met à profit leur maîtrise de technologies plus complexes pour relever un défi artistique supérieur. Chaque année, nous demeurons impressionnés par la qualité des œuvres gagnantes. Afin de marquer le 25e gala, la SPPQ introduit cette année une nouvelle tradition : elle décernera à chacun des grands gagnants le Prisme de Cristal, une œuvre de l’artisan Michel Guyon (Les ateliers Guyon + Mailhot) symbolisant l’atteinte de sommets techniques et artistiques. Les gagnants se méritent aussi des bourses de la SPPQ.

Les années passant, les carrousels de diapositives ont cédé la place aux projecteurs numériques. Et, si les photographes amateurs ont troqué la chambre noire pour l’ordinateur, la photographie en tant qu’activité sociale n’a pas perdu la cote. Les clubs photo n’ont jamais été aussi achalandés. Le gala témoigne de cet engouement et, lui aussi, au fil des années, s’est transformé pour passer de la salle communautaire, aux auditoriums puis aux grandes salles de spectacle mettant en œuvre des moyens techniques professionnels pour créer une fête à la hauteur du talent des artistes qui y participent. Félicitons la SPPQ et l’ensemble de la communauté des photographes amateurs pour cette 25e édition du gala.

Les résultats des concours et des galeries de photos seront disponibles sur le site Internet de Photo Solution après la tenue du gala. Voici quelques images vedettes de l’édition 2013. De gauche à droite et de haut en bas, les auteurs des photos sont : François Dufresne, Richard Mcdonald, Marie Pelletier, Nick Beaudoin, Étienne Tremblay, Marcella Majia, Steve Troletti et Rolland Gelly.

 

Mots-clés: ,