Les lauréats du prix Antoine-Desilets annoncés

1

La Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ) a remis le prix Antoine-Desilets pour les meilleures photos de presse de l’année au Québec lors de son gala annuel qui s’est tenu la semaine dernière au Théâtre Granada de Sherbrooke. Le jury était composé de Marie-Laure Godefroy, qui a travaillé au sein de l’équipe du magazine L’actualité pendant plus de 20 ans, à titre de coordonnatrice photo; Burhan Özbilici, photographe turc œuvrant pour l’Associated Press depuis 1989 et lauréat du grand prix World Press Photo 2017; et Renaud Philippe, photographe indépendant québécois, ayant été publié, entre autres, dans National Geographic, le New York Times et le Monde diplomatique.

Dans la catégorie ARTS ET SPECTACLES, le prix Antoine-Desilets est remis à Marco Campanozzi, de La Presse pour « Slava », qui représente les deux clowns du Slava Snow Show, dans leur loge, attendant d’entrer en scène.

© Marco Campanozzi / La Presse

Mot du jury : « Cette image de Slava nous permet d’entrer dans les coulisses du spectacle, dans l’intimité des acteurs. Le photographe est allé au delà de l’évènement, pour créer une image un peu décalée, et touchante. »

Dans la catégorie ENJEU CONTEMPORAIN, le prix Antoine-Desilets est attribué à Martin Tremblay de La Presse pour « L’épidémie oubliée » qui montre le visage de l’épidémie de choléra, qui fait des ravages en Haïti.

© Martin Tremblay / La Presse

Mot du jury : « Ce que l’on ressent dans cette photo, c’est une proximité, non pas physique, mais une « proximité de cœur » avec le sujet. C’est cette qualité, ainsi que le choix du sujet, la force de l’image, et la sensibilité du photographe qui ont convaincu le jury. »

Dans la catégorie NOUVELLES, le prix Antoine-Desilets est remis à Martin Tremblay de La Presse pour « Piégés par la tempête » où l’on voit les automobilistes restés coincés pendant des heures sur les autoroutes 13 et 20, en pleine tempête de neige, en mars dernier.

© Martin Tremblay / La Presse

Mot du jury : « Rares sont les images qui permettent de ressentir cette atmosphère hivernale que nous connaissons tous. Celle-ci en est une. Au point où on a peine à la quitter des yeux. Dans sa simplicité, elle nous permet de réaliser à quel point nous sommes fragiles quand le climat se déchaine. »

Dans la catégorie PHOTOREPORTAGE, le prix Antoine-Desilets est remis à Édouard Plante-Fréchette de La Presse pour « Libérer Mossoul », illustrant le retour de l’armée irakienne dans les quartiers est de Mossoul, en 2016.

© Édouard Plante-Fréchette / La Presse

Mot du jury : « Parmi la quantité phénoménale d’images qui nous sont parvenues sur cette page de l’histoire de Mossoul, celles-ci se démarquent. Le récit narratif nous emmène au cœur du conflit avec une remarquable humanité. La variété des images, la sensibilité du regard et la trame narrative ont convaincu le jury. »

Dans la catégorie PORTRAIT, le prix Antoine-Desilets est remis à Édouard Plante-Fréchette de La Presse pour « Le pompier de Qayyarah ». Dépourvus de ressources, les pompiers de cette ville irakienne ont combattu les flammes durant plusieurs mois, après le retrait des combattants du groupe État islamique.

© Édouard Plante-Fréchette / La Presse

Mot du jury : « La photographie du pompier de Qayyarah dépasse le simple portrait. Elle nous permet de nous mettre dans la peau du personnage et de ressentir l’ampleur de la tâche qu’il a à accomplir. C’est principalement cette qualité qui a convaincu le jury. »

Dans la catégorie SPORTS, le prix Antoine-Desilets est remis à Bernard Brault de La Presse pour « Bâton brisé », qui montre Ryan Goins, des Blues Jays de Toronto alors qu’il vient de briser son bâton lors d’une partie pré-saison au stade olympique de Montréal.

© Bernard Brault / La Presse

Mot du jury : « Capter un moment c’est une chose, mais créer une image nouvelle, différente de tout ce que l’on voit habituellement, en est une autre. Sans hésitation, le jury s’est entendu pour sélectionner cette photographie pour son originalité, sa composition et son impact. »

Dans la catégorie VIE QUOTIDIENNE, le prix Antoine-Desilets est remis à Simon Clark, du Journal de Québec, pour « Encéphalopathie épileptique », qui illustre le quotidien de Meggie Perron et de son fils Samuel, qui doit suivre des traitements dans une chambre hyperbare, installée dans leur sous-sol.

© Simon Clark / Journal de Québec

Le mot du jury : « Le jury a décidé de récompenser le travail de ce photographe, pour son regard humaniste sur cette famille qui, jour après jour, doit composer avec le système hospitalier. Cette image montre le triomphe de l’amour, au sein de cette famille éprouvée. »

Un Commentaire

  1. claude vachon / 21 novembre 2017 at 14 h 34 min / Répondre

    Félicitations au jury pour le choix de ces très belles photos. Mes préférées: la tempête de neige et la chambre hyperbare.
    Claude Vachon

Laisser un commentaire