Les lieux suspendus de Pierre Blache

0

© Pierre Blache, série Les lieux suspendus, sans titre, 48×34 ou 24×16 po., édition de 7, 2017.

La Castiglione à Montréal présente une exposition solo de Pierre Blache Les lieux suspendus jusqu’au 16 juin prochain. Les images de ce corpus ont été captées lors de longues flâneries urbaines sur trois continents. C’est par l’attention à ce qui l’entoure et par la lenteur que le photographe débusque des lieux susceptibles d’évoquer en un même temps malaise et fascination. Ces espaces se trouvent souvent perturbés par de subtiles inscriptions ou par des présences un peu troubles, qui les habitent. S’éloignant des thématiques géographiques facilement associées à ses errances, l’artiste fait dialoguer ses images de façon à laisser libre cours à l’imaginaire du spectateur.

Bien plus que la description du lieu, c’est la substance et la poésie qui émergent ; un espace invisible dissimulé parmi les ombres. Pierre Blache aime cet aspect du photographique qui tend à révéler ce qui n’est pas donné à voir, mettant l’accent sur le genius loci qui habite ses images. Chacune des œuvres propose une métafiction ouverte à l’interprétation, où l’étrangeté des paysages convie le spectateur à une rencontre dans laquelle le temps et l’espace semblent suspendus…

Né à Sainte-Rose (Laval), Pierre Blache vit et travaille à Montréal et à Wentworth-Nord. Il est actif dans le milieu photographique québécois depuis près de trente ans. En parallèle à sa pratique artistique, il a longtemps œuvré à la diffusion de la photographie au sein d’organismes montréalais, notamment dans des postes de direction à VOX, centre de l’image contemporaine, au Mois de la Photo à Montréal et à la revue Ciel Variable. En plus de ses expositions personnelles au pays, il a participé à de nombreuses expositions collectives au Canada, en Europe et en Amérique latine.

Mots-clés:

Laisser un commentaire