Location/Dis-location(s)

0
22 septembre 2017 à 16 h 10 min  •  Publié dans Événements, Expositions, Idées de sorties, Nouvelles photo par  •  0 Commentaires

Dans le cadre de MOMENTA | Biennale de l’image, le Musée McCord présente Jayce Salloum — location/dis-location(s): beyond the pale jusqu’au 11 novembre prochain.

À la manière d’un scientifique ou d’un explorateur, Jayce Salloum (Canada) recense le monde et crée une encyclopédie subjective d’images, qu’il glane ou produit. location/dis-location(s): beyond the pale fonctionne comme un journal intime ou un carnet de voyage, et constitue pour l’artiste une tentative de rationaliser le monde autour de lui. L’installation rassemble une dense sélection de photographies issues des archives qu’il compose depuis 1979, au fil de ses voyages à travers le monde. Dans ce montage qui prend la forme d’une nébuleuse organisée par thème, l’artiste met à l’épreuve la capacité du spectateur à percevoir les multiples facettes d’une « soi-disant» réalité. Par l’intégration d’une dimension subjective et personnelle, il opère une reconfiguration des notions d’identité, de communauté, d’histoire, de frontières, d’exil, de (trans)nationalisme et de résistance.

Jayce Salloum (1958) est un artiste qui vit et travaille à Vancouver. Petit-fils d’immigrants syriens de la plaine de la Bekaa, il est né et a grandi sur le territoire de la nation Sylix, à Kelowna (Colombie-Britannique). Il tend à réaliser ses projets uniquement sur invitation ou en des endroits avec lesquels il a une affinité intrinsèque, car ses œuvres sont conçues pour s’intégrer intimement dans leur lieu de création. Ses vidéos, photographies, installations et autres projets culturels s’inspirent du personnel et du subjectif. Cela entraine une reconfiguration des notions d’identité, de communauté, d’histoire, de frontières, d’exil, de (trans)nationalisme et de résistance. Il a produit des œuvres dans différents pays comme l’Afghanistan, la Chine et le Mexique. Son travail a été présenté dans plusieurs types d’espaces sur la scène aussi bien locale qu’internationale, allant de simples vitrines anonymes dans son quartier de Vancouver, le Downtown Eastside, au Musée du Louvre, au Rotterdam International Film Festival ou au Centre Georges-Pompidou. En 2014, Jayce Salloum s’est vu décerner le Prix du Gouverneur général en arts visuels et en arts médiatiques. Il est représenté par la MKG127 Gallery (Toronto).

Laisser un commentaire