Martin Désilets : Matière noire et L’index

© Martin Désilets

La galerie Occurence, à Montréal, présente du 14 mars au 20 avril prochain une exposition qui regroupe des extraits des corpus Matière noire et L’index, du photographe Martin Désilets  entamés par l’artiste lors d’une résidence à Paris en 2017 et au Parc national du Gros Morne (T.-N.) en 2016.

À propos de L’index Matière noire

« Matière noire est une œuvre photographique évolutive qui superpose et englobe toutes les œuvres visuelles modernes et contemporaines dans un même fichier numérique jusqu’à l’atteinte du noir complet. Lors de ma résidence au Centre Les Récollets à Paris, j’ai ainsi photographié systématiquement chacune des œuvres présentées dans les différents musées de la ville : Orsay, d’Art moderne, de l’Orangerie, Picasso, Rodin, le Centre Pompidou, et autres. Depuis, le travail se poursuit dans d’autres villes et d’autres musées, à Montréal, Québec, New York… Pour chaque nouvelle centaine d’œuvres ajoutée, un nouvel état de Matière noire est produit ; chaque état devenant à la fois une œuvre autonome et le fragment d’un tout. Selon le protocole établi, j’estime qu’il me faudra entre 120 000 et 150 000 photographies d’œuvres pour atteindre mon objectif. »

À propos de L’index

« Dans les paysages immenses du Parc national du Gros Morne, les bases de L’index ont été jetées : un projet en théorie sans fin, et une quête absurde dans son inévitable inachèvement, qui consiste à capturer tout le spectre des couleurs du visible. Les moyens utilisés pour isoler la couleur-lumière sont multiples : l’emploi d’un boitier sans lentille, de longs temps d’exposition, la mise hors foyer, le déploiement d’écrans, de réflecteurs ou de diffuseurs. À l’impression, l’indétermination du geste photographique se prolonge, alors que j’impose à l’imprimante une mise à l’arrêt forcée. Une part de l’information contenue dans les fichiers numériques demeure ainsi inexploitée, là où les couleurs se fondent dans le vide et la blancheur du papier. Chaque parcelle de L’index incarne ce faisant l’incomplétude de l’ensemble. »

Martin Désilets est titulaire d’une maîtrise en arts plastiques de l’Université du Québec à Montréal. Ses œuvres ont fait l’objet de plusieurs expositions, notamment à Montréal (Musée d’art contemporain de Montréal, B-312, Circa, Occurrence et Optica), Laval (Maison des arts), Toronto (G44 Gallery), Oakville (Oakville Galleries), Paris (Geste Paris), Berlin (The Institut für Alles Mögliche) et Beyrouth (Espace SD). Certaines résidences ont été particulièrement marquantes pour l’artiste : à Paris en 2017, au Parc national du Gros Morne à Terre-Neuve en 2016 (avec The Room’s, St-John’s, T.-N.) et à Berlin en 2015. Plusieurs de ses œuvres se trouvent dans différentes collections privées et publiques, dont la collection permanente du Musée national des beaux-arts du Québec et celle du Musée d’art contemporain de Montréal. À l’automne 2019, il sera en résidence à la NARS Foundation à New York.

Mots-clés: