Noctambule : Montréal vue par Guy Glorieux

0
30 novembre 2018 à 17 h 21 min  •  Publié dans Expositions, Idées de sorties, Nouvelles photo par  •  0 Commentaires

© Guy Glorieux

Après l’exposition et le livre Une Ville – Sténopés et autres photographies paru en 2016, le photographe Guy Glorieux, bien connu pour sa pratique grand format du sténopé, expose une nouvelle série et un nouveau livre. Cette fois, Noctambule est une série cent pour cent numérique à découvrir à la Galerie Carte Blanche (Montréal) jusqu’au 2 décembre.

« Loin des paysages de cartes postales, le regardeur est confronté ici à des vues qui altèrent la reconnaissance immédiate de lieux connus donc le travail s’impose hors de tout aspect illustratif. Montréal (mais pas seulement), ici et là, pointe au travers de ces paysages urbains qui nous sont offerts à la vue. Pas besoin de voyages autour du monde pour le photographe : l’aventure débute en bas de chez soi et au fil de trajets sur la route vers de nouveaux horizons nocturnes. »

Guy Glorieux travaille avec le médium photographique depuis son plus jeune âge. Après une carrière en économie et finances, il se penche exclusivement sur la photographie dès 1995. Son travail porte sur le paysage urbain, son esthétique et ses représentations. Il a participé à de nombreuses expositions solo et collectives au Canada et à l’étranger et on retrouve ses oeuvres dans nombre de collections publiques ou privées. Il vit et travaille à Montréal.

Avec Noctambule, le photographe opère un virage contrôlé dans sa pratique. Un chauffeur, des prises de vue à l’arrachée par la fenêtre, sans arrêt, en pleine course. La signature de Glorieux demeure évidente dans ces surprenant défilements même si la boîte à sténopés fixe s’est transformée en boîte-auto-mobile. La nouvelle série met en lumière le mouvement, celui du taxi qui concorde avec des prises de vues à la volée, celui d’une fuite spatiotemporelle aux confins de la ville. Et ici, singulièrement, la nuit apparait pour la première fois en couleur.

L’exposition comprend près de vingt tirages numériques montés sur aluminium. Le livre est tiré à 175 exemplaires, dont les 25 premiers sont numérotés et signés par l’artiste.

“À travers mes photos, j’ai cherché à présenter la ville et son animation, telle qu’elle apparait lorsqu’on se déplace dans les rues la nuit. Ce faisant, j’ai dérogé aux règles les plus fondamentales de la prise de vue. Loin de chercher à stabiliser mon appareil, je me suis installé dans le mouvement, dans l’ombre de la nuit, en marchant ou en voiture. En choisissant de travailler en mode chromogène, j’ai ajouté une dimension particulière aux images puisque les taches de couleur nocturnes leur ont donné une force que le papier monochrome argentique n’aurait pas été en mesure d’offrir.”
– Guy Glorieux, Noctambule

Laisser un commentaire