Portraits intimistes

© JJ Levine, Boyfriends in bed, 30 x 40 po, 2011

Du 3 avril au 5 mai prochain, La Castiglione présente Portraits intimistes, une exposition collective qui réunit les artistes Donigan Cumming, JJ Levine, George Steves et Andrea Szilasi, autour d’une sélection d’œuvres photographiques qui travaillent sur le thème du corps. Dérangeantes, provocantes et transgressives, les figures ici présentées bouleversent les codes de représentation traditionnels à travers une variété de portraits intimistes. Ces portraits ont le pouvoir de révéler le sujet et le rapport entre le photographe et sa pratique. Par cette relation de l’artiste à son médium, la pratique de la photographie devient un dispositif esthétique et narratif. C’est par le médium de la photographie et des caractéristiques formelles puissantes que le corps est présenté, à l’intérieur d’environnements domestiques, d’espaces privés, qui témoignent de l’abandon et de l’authenticité des sujets face à la caméra. Ces œuvres nous questionnent sur notre relation avec nous-mêmes et le monde extérieur.

Donigan Cumming est né à Danville, Virginie (É-U) en 1947. Depuis 1970, il vit et travaille à Montréal. Il est titulaire d’une maîtrise en beaux-arts de l’Université Concordia. Dans sa pratique, Cumming utilise la photographie, la vidéo, le dessin et autres médiums. Son travail est reconnu internationalement pour ses représentations franches et troublantes de sujets socialement marginalisés.

JJ Levine est un artiste né à Montréal en 1985 et qui y travaille toujours. Il détient une maîtrise en photographie de l’Université Concordia. Par ses portraits intimistes, Levine explore le genre, la sexualité, les représentations identitaires et les espaces de sa communauté LGBTQ. La pratique artistique de Levine met de l’avant un agenda politique couplé à une esthétique formelle puissante.

Né à Moncton en 1943, George Steeves vit et travaille à Halifax. Ingénieur de profession, il a développé en parallèle une pratique artistique qui se concentre depuis les années 1980 sur la figuration. Steeves s’intéresse à la condition humaine, dans des mises en scène où les frontières sont largement transgressées et où le genre est traité comme une performance dans laquelle le désir dépasse l’identité.

Andrea Szilasi est née en 1964 à Montréal, où elle vit et travaille. Elle est titulaire d’une maîtrise en arts plastiques de l’Université Concordia. Dans ses œuvres, Szilasi explore la représentation du corps humain montré de manière inusitée, en ayant recours à des images trouvées, aux collages et à ses propres photographies.

Mots-clés: