Raconte-moi Haïti… et Montréal

9 janvier 2015 à 20 h 56 min  •  Publié dans Expositions, Nouvelles photo par

Radu_Juster_RJP0495V

© Radu Juster

Gracia_resize

© Radu Juster

Cinq ans après un séisme qui a happé et bouleversé le monde, le peuple haïtien panse encore ses plaies tout en regardant avec détermination et résilience vers l’avenir. De nombreux survivants ont été accueillis par Montréal. Le Centre d’histoire de Montréal présente dès le 13 janvier 2015, un documentaire touchant et une exposition sur ces nouveaux Montréalais, intitulés « Raconte-moi Haïti…et Montréal ».

L’exposition regroupe des photographies, des peintures, des installations et un documentaire qui témoignent du parcours d’adaptation et d’intégration des Haïtiens nouvellement arrivées à Montréal, suite au séisme du 12 janvier 2010. Aux œuvres originales, se sont ajoutés de nouveaux témoignages et de nouvelles créations qui nous permettent d’aller au-delà de la simple commémoration et de mieux comprendre les défis de l’intégration.

C’est en 2012 que la Ville de Montréal et le ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion (alors le ministère de l’Immigration et des Communautés culturelles du Québec) ont confié au Centre d’histoire de Montréal le mandat de recueillir et de raconter l’histoire récente des Haïtiens qui, en 2010, ont souffert du terrible séisme qui a détruit plusieurs villes et villages de l’île. Ce projet culturel et patrimonial a été réalisé dans le cadre du projet Soutien à l’intégration, liaison et accompagnement (SILA) mis en place par la Ville suite au séisme.

L’artiste Marie-Denise Douyon, commissaire de l’exposition, a fait appel à des artistes qui, de par leurs origines ou leurs parcours, avaient une connaissance d’Haïti et une sensibilité aiguë face à la catastrophe humanitaire qui, le 12 janvier 2010, a dévasté le pays. Grâce à la création d’oeuvres contemporaines, les artistes Myrtelle Chéry, Clifford Jean-Félix, Léonel Jules, Geneviève Lahens (Iris), Jean Pierre Lookens et Ralph Maingrette, ainsi que le photographe Radu Juster, traduisent une kyrielle d’émotions fortes et poignantes, oscillant entre la détresse, l’horreur, la dignité, la résilience et l’espoir.