Samian, photographe, au MNP

© Samian

Le Musée national de la photographie expose les oeuvres de Samian ce printemps et jusqu’au 7 juillet prochain. Rappeur et acteur originaire de Pikogan, une communauté autochtone d’Abitibi-Témiscamingue, l’artiste est également passionné par la photographie et le voyage. Porte-parole de la dixième édition du World Press Photo en 2015, il a présenté ses oeuvres parallèlement à l’événement et lors de diverses expositions solo. Le Musée présente deux expositions solo de cet artistes multidisciplinaire. Enfant de la terre rassemble 36 portraits d’hommes, de femmes et d’enfants qu’il a rencontrés au fil de ses voyages à l’étranger, notamment au Nicaragua, au Maroc et en Égypte. Havila est une exposition inédite d’une trentaine d’œuvres qui soutient les enfants démunis du Centre Havila, au Burkina Faso.

« Je ne suis pas allé à l’école, je n’ai pas suivi de cours, mais il y a une façon d’apprendre. Puis, ç’a été beaucoup d’essais-erreurs […] Je pense que la plus belle école a été de voyager, d’aller à la rencontre des gens, d’oser aussi. D’oser approcher les gens d’une certaine façon et c’est comme ça que j’ai appris. » explique-t-il. Le jour où il s’est considéré comme un véritable photographe est arrivé au Nicaragua en 2013. Le cliché, pris dans la magnifique ville coloniale de León, montre un garçon de dos assis sur le trottoir. « Quand j’ai pris cette photo, j’ai vécu une révélation. J’ai alors su que c’était ce que je voulais faire, de la photo exclusivement dirigée vers l’humain. Ensuite, j’ai appris le métier sur le tas, un peu comme avec la musique. »