Trois livres photos à (s’)offrir en cadeau

0
12 décembre 2016 à 15 h 39 min  •  Publié dans Contenu extra, Divers, Images et idées, Livres, Nouvelles photo par  •  0 Commentaires

Les éditions De La Martinière dédie une part importante de ses publications à la photographie, comme avec la série La Terre vue du ciel de Yann Arthus-Bertrand. Cet automne, la maison a lancé trois ouvrages qui confirment encore une fois leur amour de la photographie avec une thématique toute parisienne. Trois idées de cadeau pour mettre sous le sapin ou dans sa bibliothèque!

lumierenoire_800Paris, lumière noire (par Michel Setboun) 82,95 $ (240 pages)
Ce livre nous invite dans les méandres d’une balade littéraire et photographique dans le Paris des romans noirs.

« Dans Paris totalement désert, je ne pouvais m’empêcher de photographier, car photographier m’est aussi indispensable que respirer. C’est chez moi une maladie chronique et incurable, une thérapie, une façon de m’accrocher à la vie. J’avais en tête ce projet sur Paris depuis longtemps et là, je n’avais plus d’échappatoire, je devais juste terrasser mes idées noires et mettre au travail.

Au cours de mes balades de plus en plus longues, mon idée prenait forme. Difficile de faire un livre sur Paris sans penser encore une fois aux ombres tutélaires de Brassai, Ronis, Doisneau et tant d’autres. Pourtant j’avais en tête un polar photographique, une série noire, bien noire comme mes idées, une suite de textes écrite à quatre mains avec des auteurs de roman noir… J’avançais un peu dans le brouillard, image par image. Mais la nuit, j’avais Paris pour moi tout seul. La ville déserte m’appartenait. Je planais dans une atmosphère étrange. »

À propos de l’auteur
Après avoir été architecte, Michel Setboun travaille comme photographe depuis 1978. Pendant dix ans, il parcourt la planète pour le compte de l’agence Sipa, couvrant les grands événements au gré de l’actualité. Il rejoint l’agence Rapho en 1986. Devenu photographe indépendant, il continue à travailler sur des sujets au long cours et ses photographies couvrent les pages des magazines internationaux. Michel Setboun a déjà publié plusieurs ouvrages dont Mongolie, rêve d’infini (Éditions de La Martinière, 2002), Paris, La Balade des clochers (Hermé, 2004) et New York Vertigo (Éditions de La Martinière, 2007).

Paris sous la neige en hiver © Michel Steboun

Paris sous la neige en hiver © Michel Steboun

doisneau_800Saltimbanques, coffret 2 volumes (Robert Doisneau) 77,95 $ (288 pages)
Le coffret Saltimbanques propose deux livres pour présenter un travail majoritairement inédit de Robert Doisneau. Tournez manèges! présente l’univers onirique de la fête foraine des deux côtés de stands et immortalise les manèges aux chevaux de bois, les stands de tir à la pipe, le cirque à puces, les montagnes de muscles des banquistes. Qu’est-ce que c’est que ce cirque? fait la part belle aux grands noms de l’univers circassien, comme Pinder et Fanni, mais également à ses artistes, qu’ils soient gymnastes, trapézistes, clowns ou acrobates. Les superbes images de ce coffret couvrent toutes les émotions du spectacle ambulant avec ses clowns tristes, ses visages effrayés à la sortie du train fantôme ou encore ses rires d’enfants. L’occasion pour Doisneau de porter son regard empreint d’humanité sur le quotidien de ces saltimbanques.

À propos de l’auteur
Robert Doisneau est l’un des photographes français les plus connus en France comme à l’étranger. Sa photographie le Baiser de l’Hôtel de Ville a fait le tour du monde. Né à Paris en 1914, il étudie les Arts graphiques à l’École Estienne avant d’être embauché en 1934 comme photographe industriel pour Renault. En 1939, Doisneau se lance comme photographe indépendant, puis il rejoint l’agence Rapho en 1946. Il y réalise ses premiers reportages photographiques pour Life, Paris Match ou encore Regards. Son travail sera récompensé par de nombreux prix, dont le prix Kodak (1947), le prix Niépce (1956) ou encore le prix Balzac (1986). Il meurt en 1994.

© Robert Doisneau – Gamma Rapho

© Robert Doisneau – Gamma Rapho

capitaleunderground_800Paris capitale underground (par Jean Claude Lagrèze) 84,95 $ (240 pages)
Jean Claude Lagrèze couvait les artistes, de son œil doux et inquiet à la fois. Ses images sont à l’image de sa vie, extravagantes et pleines de secrets ; elles témoignent surtout d’une époque, ces années 1980-1990, pendant lesquelles l’underground et toutes ses ambiguïtés vivaient de passionnants soubresauts. Ce que Jean Claude Lagrèze a vu, souvent tard la nuit, c’est le monde de l’après-glam, d’après le punk, d’après la new wave, d’après la pop, d’après le vogueing… Il a vu s’ouvrir le monde de la création pure. Cette rétrospective rend compte de l’observation intimiste d’un monde en marge. La musique, deuxième passion du photographe, est largement représentée (Queen, David Bowie, Boy George, The Cure, Depeche Mode, Madonna, Mick Jagger, Sparks, Nina Hagen, Iggy Pop, Klaus Nomi, The Pretenders), mais avec elle le cinéma (Julie Delpy, Béatrice Dalle,…), la mode, et même le monde de l’art avec Keith Haring et Leigh Bowery. La fête bat son plein!

À propos de l’auteur
Jean Claude Lagrèze est un photographe français né à Saïgon et mort en 1994. Il est connu pour ses photographies en noir et blanc des stars du rock et de diverses célébrités qu’il photographie souvent à leurs tout débuts. Acteur et observateur de la vie parisienne des années 1980, Jean Claude Lagrèze se passionne pour la musique et va créer, à la même époque, des soirées très prisées de la nuit parisienne (à l’Opéra-Night, au Palace, aux Bains Douches, au Boy’s, au Queen, au Folie’s Pigalle, au Club de l’Arc), soirées où il fit connaître la house music et ses DJ.

© Jean Claude Lagrèze

© Jean Claude Lagrèze

 

Mots-clés:

Laisser un commentaire